New Eden ! Index du Forum
New Eden !
Un jour vous vous reveille sur une ile sans vous souvenir de votre arrivee.. Ou alors vous etes riche et decidez de vous y rendre.. Forum de RPG yaoi/yuri/hentai
 
New Eden ! Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Quand on cherche, on trouve

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    New Eden ! Index du Forum -> Partie Sud -> Batiments de dressage -> Cellules d'isolement
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ikuto Yukino
Cobayes

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2009
Messages: 57
Féminin
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: NON
Employé votre fonction: Cobaye

MessagePosté le: Jeu 12 Avr - 10:44 (2012)    Sujet du message: Quand on cherche, on trouve Répondre en citant

À vrai dire, il était assez satisfait de son petit tour. Il venait de mettre Aylin en colère et en plus, il était celui qui avait fait démarrer de la bataille de bouffe. Ciel, qu'il aimait être la source du chaos et dirigeait les autres. Bien sûr, il s'était planqué pour pouvoir assister à la guerre qu'il venait de déclencher. La purée volait de partout. Les cibles touchées n'étaient pas tout le temps la personnes visée. Bravo, niveau adresse ! En tout cas, les cobayes présents reprenaient assez d'assurances pour viser les gardiens qui essayaient de les calmer. Et ça pleuvait de partout. Voilà pourquoi il jugeait la bataille de nourriture importante : cela permettait aux gens sur les nerfs qui n'avaient pas réussi à faire ce qu'ils souhaitaient de se défouler, de faire tomber la pression. Et, bon sang, c'était tellement drôle !


Il perdit son sourire lorsqu'il sentit une main enserrer son poignet. Purée ! À noter que cette expression était très adaptée pour la situation. Ça le fit rire. N'empêche, il se trouvait très bête de ne pas avoir surveillé les environs. Quelle idée, lui aussi. Il leva les yeux vers la source de la poigne et constata que C'était Aylin.


-Tu fais quoi, là ?


Il se sentit tiré. Vue la façon, il se dit qu'il venait d'abuser et de franchir la limite à ne pas franchir. En même temps, si Aylin ne lui avait pas imposé de limites, qu'il ne s'en plaigne pas. Ce n'était absolument pas de sa faute si les autres ne prenaient pas le temps de lui mettre un seuil à ne pas dépasser. D'un point de vue extérieur, il aurait dû s'arrêter de lui-même. Mais, bon sang ! Il ne se souvenait pas qu'il y avait ce genre de choses. Il avait toujours dirigé son quartier, alors tout lui était permis. À ses yeux, seule Haruko mettait des règles. Et si les autres ne disaient rien, alors c'était bon. L'erreur monumentale qu'il venait de faire. Et voilà qu'il devait payer pour son manque de souvenirs. Génial. Magnifique, même. Merveilleux, s'il osait le dire. Fantastique, aussi. Il détestait cette situation. Et Aylin, parce qu'il ne lui avait rien dit. Ou peut-être qu'il devait l'avoir fait... Il ne savait plus. Il ne devait pas y avoir fait attention. Même en fouillant de fond en large sa mémoire, il ne voyait pas un seul instant où il y avait eu une limite.


Après son intense réflexion, il accorda aux autres le bénéfice du doute. Mais ce n'est pas pour autant qu'il se laissa traîner docilement. Lui, docile ? Ah ah ! La blague. Depuis quand un mec rebelle, bordélique et indiscipliné pouvait être docile ? Passons. Tout ça pour dire qu'il tira sur son poignet en bougeant dans tous les sens. Il n'aimait pas du tout cette situation. Ça puait la merde, tout ça. Il était dans de sales draps.


-Je peux savoir ce que tu fais ?! Lâche-moi tout de suite ! Je t'ai pas autorisé à me tenir comme ça ! Où tu m'emmènes en plus ?! Lâche-moi immédiatement ! Si t'es autant en colère, c'est pas du tout ma faute ! Oui, j'affirme ça haut et fort ! C'est ta faute ! Si tu m'avais dit la limite à pas franchir, je ne l'aurais pas fait ! Tu es en tort ! Lâche-moi tout de suite ! Tu te prends pour qui, au juste ? T'es pas content et tu vas faire quoi ? J'suis résistant, tu peux rien me faire ! T'as pas le pouvoir suffisant pour faire du mal à quelqu'un comme moi ! Et de toute façon, tu me fais pas peur ! J'ai peur de rien ! Alors, c'est peine perdue d'avance ce que tu veux me faire ! T'as pas le droit, lâche-moi !


La cohérence de ses phrases était à désirée. Il le savait. Mais quand quelque chose l'énervait et qu'il se lançait dans un monologue, il n'en avait rien à faire. Le but était de se faire comprendre et rien d'autre ne l'importait. Comme tirer et secouer son poignet captif dans tous les sens ne suffisait pas, il commença à mettre des coups sur la main d'Aylin. Puis sur son poignet. En y réfléchissant bien, ça risquait d'énerver davantage le noble. Perdu pour perdu, autant y aller. Aylin était déjà en colère, qu'est-ce qu'il pouvait risquer de plus ? Rien. Enfin, c'est ce qu'il espérait de tout coeur.


Au bout d'un moment, il finit par se rendre compte qu'ils venaient d'arriver devant un bâtiment qu'il n'avait jamais vu auparavant. Il cessa de griffer Aylin et le regarda. Il réfléchit un bref instant avant de poser les bonnes questions :


-On est où ? Que vas-tu me faire ?


Pourquoi ils étaient là, il le savait. Ce qui allait lui arrivait, il commençait à s'en inquiétait. Mais de là à dire qu'il avait peur... Fallait pas pousser, non plus ! Il ne craignait que les incendies et les spectres. Aylin ne le ferait pas trembler.
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 12 Avr - 10:44 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aylin De Luciano
Nobles

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2011
Messages: 69
Localisation: Devant mon pc...
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: OUI
Employé votre fonction: Noble richissime..

MessagePosté le: Jeu 12 Avr - 12:21 (2012)    Sujet du message: Quand on cherche, on trouve Répondre en citant

Ce qu'il faisait? Ca se voyait pas peut etre? Il l'emmenait dehors. Mais il ne prit pas la peine de lui dire, Ikuto le remarquerais assez vite. Il lui lanca un regard froid. Lui qui detestait avoir sur lui des habits sales, ca avait ete le coup de trop. De plus il lui avait deja fait remarquer a la reception au chateau.. 
Il resserra sa prise sur le poignet du garcon lorsque celui fit fit d'enormes efforts pour se liberer. Il s'arreta brusquement en l'entendant se justifier. C'etait de SA faute? Parce qu'il n'avait pas impose de limites? Il le regarda, les yeux brillant de colere, mais gardant un ton plus que froid. 

 
-Tu as la memoire bien courte je trouve. Mais ne t'inquiete pas, la prochaine fois je vais bien te les definir les limites. Tu n'as peur de rien? Alors explique moi ta fuite de la salle de reception des lors qu'il a commence a faire nuit? 

 
Il lui montra l'horizon ou le soleil commencait a se coucher. 

 
-D'ici peu de temps, il fera completement noir et on verra si tu es toujours aussi courageux.  

 
Il allait reprendre sa marche, mais il ajouta. 

 
-Ah oui, et contrairement a ce que tu penses. J'ai tout les droits sur toi. 

 
Il le tira de nouveau vers le batiment, se fichant completement qu'Ikuto lui tapait et griffait la main et le poignet. Arrive devant la porte blindee, il tapa le code en prenant garde que le jeune homme ne le voit pas et entra. Il continua de le tirer jusqu'a a peu pres au milieu du batiment, ouvrit une des portes et le poussa a l'interieur avant de la refermer. Les portes etaient en fer avec seulement une fenetre en haut avec des barreaux et etaient ouvertes et fermees par des codes. L'interieur etait comme une cellule normale. Un lit, un lavabo, un toilette et une fenetre avec des barreaux. Il regarda le garcon a travers l'ouverture de la porte. 

 
-J'espere que ta chambre te plait. Je me suis donne du mal pour obtenir le code d'entrer. Au cas ou tu ne le saurais pas, nous sommes dans les cellules d'isolement du camp. Quand a ce que je vais te faire.. Je vais y penser.  

 
Il eut un sourire mauvais et s'appuya contre le mur pres de la porte. 

_________________
Met toi a genoux, et prie pour ne pas succomber a la souffrance et au plaisir que je vais t'infliger.

*********

Ta liberté m'appartient, ta vie est mienne, alors accepte juste ton destin.
Revenir en haut
Ikuto Yukino
Cobayes

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2009
Messages: 57
Féminin
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: NON
Employé votre fonction: Cobaye

MessagePosté le: Jeu 12 Avr - 13:40 (2012)    Sujet du message: Quand on cherche, on trouve Répondre en citant

Comme il le pensait, il était dans le pétrin, et pas qu'un peu. Un regard rempli de colère, une voix froide, une poigne le marquant et des menaces. Il avait gagné le gros lot, là ! S'il ne mourrait pas cette nuit, la chance devait l'aimait plus que tout et être intarissable. En plus, si aucun coup ne pleuvait, c'est que non, il n'avait pas entièrement franchi la limite. Il venait à peine d'y mettre un pied. Et au vu des lourdes conséquences qui allaient s'abattre sur sa tête, il ne présageait rien de bons pour plus tard. Comme la nuit qui n'allait pas tarder à arriver. Aylin avait l'air de se souvenir de la peur qu'il avait eu lors de la réception. La nuit ne lui faisait pas peur. Loin de là. Des fois, il lui arrivait de préférer la nuit. Surtout en été, parce qu'elle était plus fraîche que le jour. Mais jamais, au grand jamais, il n'en avait peur. Pas même du noir ! C'était ceux qui apparaissaient en même temps qu'elle arrivait qui lui faisait peur.


-Je n'ai pas peur de la nuit, si c'est ce que tu veux dire. Je n'ai pas fuit, en aucun cas ! Je suis valeureux, courageux et brave. La nuit ne me fait pas peur. Et quitte à le répéter : non, tu n'as pas tous les droits sur moi ! Je suis pas ta propriété et ne le serai jamais ! Jamais, jamais, jamais !


Appartenir à quelqu'un ? Et puis quoi encore ! Qu'on le frappe pour qu'il cesse d'être aussi énervant, il pouvait le concevoir. Qu'on empêche au maximum ses mouvements pour le retenir prisonnier, il arrivait à l'accepter. Que seule Haruko arrive à lui imposer n'importe quoi, il était d'accord. Mais qu'on ose dire que quelqu'un hormis les membres de sa famille dont il souvenait avait des droits sur lui, il ne pouvait pas le digérer. Avec Haru, il avait dû mal, alors quelqu'un qu'il venait de rencontrer... Ça allait à l'encontre de ses principes. Il était libre comme l'air et n'avait rien pour le retenir. Il n'avait de comptes à rendre à personne et tout le monde en était heureux. S'il devait pousser les limites jusqu'à l'extrême, il le ferait. Une fois un certain seuil imposé franchi, les gens ne voulaient plus de lui. Alors s'il devait faire ça avec Aylin pour lui prouver qu'il ne lui appartenait pas, il le ferait. Sa fierté et liberté avec tout.


Une fois entré dans les bâtiments, il se calma. Le point de non-retour était déjà franchi, ça ne servait à rien de vouloir retourner en arrière. Il essaya de voir ce qu'il y avait derrière les portes. Alors que Aylin tapait un code à coté d'une porte, il regarda par l'ouverture de la cellule opposée. Quelqu'un y était et le fixait. Il lui fit un coucou de la main, avant de se sentir tirer. Il atterrit sur les fesses contre un sol dur. Il leva les yeux et vit Aylin fermer la porte de sa cellule. Il se jeta dessus et mit un coup, plus par habitude qu'autre chose. Car oui, Haru l'avait déjà consigné dans sa chambre. Il sourit en entendant les paroles du noble. Sa nouvelle chambre, hein ? Il la détailla avant de sourire.


-J'adoooooore ma nouvelle chambre ! En plus, je suis tout seul, trop bien ! Ça va être grasse matinée tous les jours ! En plus, j'ai pleins de nouveaux compagnons avec toutes ces cellules ! Je sens que je vais me plaire ici. Si tu sais pas quoi me faire, je t'en pris, laisse-moi crever de faim et abandonne-moi dans ce trou à rat. Je suis pas tout seul, je m'en moque du reste !


Bien que le "j'adore" soit rempli d'ironie, le reste de ses phrases avaient été dites d'un air joyeux. Car oui, il était de bonne humeur. Il était curieux et voulait savoir jusqu'où irait Aylin. Il n'avait mit qu'un pied dans la limite. Et ce qu'il souhaitait, c'était la franchir, puis savoir ce qui allait arriver après. Il jubilait intérieurement. Parfois, il s'effrayait lui-même avec ses objectifs, plus qu'étrange.


-Mais dis-moi, ce n'est pas ainsi que tu espères me punir, j'espère. Tu viens de me mettre dans un parc d'attraction, là !


Il sauta sur son lit et rebondit à plusieurs reprises. Après cet essaie, il alla voir ce qu'il pourrait observer depuis la fenêtre. M'ouais... assez potable. Ce qu'il fallait pour ne pas s'ennuyer. En se dirigeant vers le lavabo, il alla tirer la chasse d'eau des toilettes. Ensuite, il appuya sur le pommeau du robinet et éclaboussa autour de lui. Ouais, il avait de quoi se divertir. Il vint ensuite s'appuyer contre la porte.


-Alors, si je fais le compte... J'ai une, deux, trois, quatre... six divertissements ! Un lit, un lavabo, des toilettes, un robinet, des murs et des compagnons de cellules. Je savais pas que les cellules pouvaient être aussi amusantes.


Il s'appuya sur la pointe des pieds et regarda à travers l'ouverture de la porte.


-Eh oh ! Mon voisin de cellule d'en face ! Ça te dit si on passait notre temps à purger ensemble ?


Il voulait vraiment pousser Aylin à bout.
_________________
Revenir en haut
Aylin De Luciano
Nobles

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2011
Messages: 69
Localisation: Devant mon pc...
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: OUI
Employé votre fonction: Noble richissime..

MessagePosté le: Jeu 12 Avr - 14:35 (2012)    Sujet du message: Quand on cherche, on trouve Répondre en citant

-J'avais bien compris que ce n'etait pas de la nuit que tu avais peur. Mais de quelque chose qui arrive la nuit. Je ne sais juste pas encore, quoi. 

 
Il se tourna pour regarder le garcon a travers l'ouverture et parla d'un ton serieux et moins froid. 

 
-Appartenir a quelqu'un n'est pas forcement quelque chose de mauvais. Je ne comprends pas que tu es aussi peur que ca d'etre a quelqu'un.. 

 
Il laissa echapper un soupir. Essayer de lui expliquer une chose que de toute facon il renierait ne servait a rien. Il s'approcha de la cellule d'en face et vit le cobaye se reculer brusquement apeure. Ca devait faire plusieurs jours qu'il etait la a en croire par ses habits dorenavant trop grand et son visage blafard. 

 
-Comment tu t'appel? 

 
Effraye le garcon repondit "Enix" d'une petite voix. 

 
-Ca te dirais de sortir de la Enix? 

 
Trouvant ca louche, il se recula contre le mur a l'oppose de la porte et Aylin ouvrit pour entrer. Il s'arrangea pour que Ikuto ne puisse pas voir ce qui se passait dans la cellule en la laissant juste un peu entrouverte. Il resta un bon quart d'heure dans la cellule avec l'autre garcon avant que le noble ne ressorte suivit d'Enix. Il lui ouvrit la grande porte et le cobaye partit en courant apres un immense sourire a Aylin. 
Il fit le tour des cellule pour voir s'il y en avait d'autre, mais apparement Enix etait le seul a etre encore la. Surement un oublie. Il regarda le jeune homme en passant avant de ressortir du batiment. Il partit un long moment, lorsqu'il revint la nuit etait tombe depuis deja au moins une heure. Il posa un sac en papier sur le sol pres de la porte de la cellule et quelques couvertures. Puis il regarda Ikuto. 

 
-Tu veux sortir ou tu es bien ici?.. 

 
Il avait demande mi amuse, mi serieux. 

_________________
Met toi a genoux, et prie pour ne pas succomber a la souffrance et au plaisir que je vais t'infliger.

*********

Ta liberté m'appartient, ta vie est mienne, alors accepte juste ton destin.
Revenir en haut
Ikuto Yukino
Cobayes

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2009
Messages: 57
Féminin
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: NON
Employé votre fonction: Cobaye

MessagePosté le: Jeu 12 Avr - 15:34 (2012)    Sujet du message: Quand on cherche, on trouve Répondre en citant

-Je n'ai peur de rien. En aucun cas, ça ne me dérange d'être dehors pendant la nuit !


Ah, quel  beau parleur. S'il l'avait pu, il se serait lancé des fleurs pour avoir parlé avec autant d'assurances. Il s'aimait. Oui, beaucoup, beaucoup. Et il rit. Parce que Aylin était marrant. Malgré son ton froid et méchant, il était très drôle. Appartenir à quelqu'un n'était pas mal ? Bien entendu, si c'était celui qui avait les ordres qui disait, ça changeait la donne. Entre le bourreau et la victime, le point de vue ne serait jamais le même. Être la propriété de quelqu'un était tout simplement malsain. Ne plus avoir la moindre liberté... Et combien même on pouvait en avoir en appartenant à quelqu'un, c'était comme se trouver dans une cage dorée. Et honnêtement, manger dans la main de quelqu'un, c'était déshonorant pour lui. Il avait réussi à soumettre beaucoup de gens. Ce n'était pas pour finir comme eux et obéir aux ordres. Oh non, au grand jamais il ne se soumettrait.


-Je n'ai pas peur. Je déteste ça. Quel bien y a-t-il à appartenir à quelqu'un ? Le plaisir d'être son videur de bourses ? Quelle chance, j'en rêvais.


C'était peut-être un tantinet abusé. En tant que chef, il n'avait jamais fait ça. Mais vue ce qu'il disait aux autres de faire, l'idée restait la même. Être à quelqu'un revenait à dire qu'on était son larbin. Ce qu'il ne supportait pas. Lui, obéir ? Dans ses pires cauchemars, peut-être. C'était contre nature tout ça. Et malsain. Horriblement malsain. Aylin était bien un noble pour dire ça. Il était parti de mauviette pour réussir à bâtir son royaume. Il avait dû gravir tant d'échelon pour arriver enfin au stade qu'il avait avant de partir. Pas question de descendre tout ça, à cause d'une seule personne. Il tenait trop à ses principes pour ça !


Il coupa net ses pensées quand il vit Aylin parler à son voisin de cellule avant d'ouvrir la porte et d'y entrer. Depuis son emplacement, il ne pouvait rien voir. Bon sang ! Aylin osait encore le narguer et il n'aimait pas ça du tout. Il alla se coucher dans son lit, de mauvaise humeur. C'était pas du luxe, mais c'était toujours mieux que là où dormaient les autres cobayes. Il regarda le mur en face de lui, puis le plafond. Il y avait des forces bizarres, causées à force du temps. En fait, c'était intéressant. Il se mit sur le dos et observa chaque recoin de sa nouvelle chambre. Il allait y passer un certain temps, alors autant la connaître dans ses moindres détails.


Au bout d'un moment, il entendit des pas normaux, puis une course. D'accord, donc ce sadique d'Aylin avait libéré son voisin de cellule. Il ne bougea pas pour autant. Il attendit que plus aucun bruit ne perturbe ses oreilles pour enfin réagir. Il s'assit sur le matelas avant de s'étirer.


-Que vais-je bien pouvoir faire pour passer le temps dans cet immense endroit où je suis le seul prisonnier ?


Il se mit par terre et passa son bras sous le lit. De la poussière. Il courut jusqu'au lavabo et mit de l'eau dans ses mains avant de la faire tomber au sol. Il recommença à plusieurs reprises. Une fois bien humide, il fit diverses formes par terre, comme son esprit le lui dictait. Cependant, une idée le percuta et le força à enlever ses chaussures. Il les déposa sur le lavabo et fit des glissades dans la pataugeoire improvisée. À faire des trucs aussi stupide, il se sentait bien. Il ne savait pas pendant combien de temps il resta ainsi. Au bout d'un moment, il s'était juste allongé par terre et avait fait l'étoile.


Quand des bruits perturbèrent son royaume silencieux, il sut qui venait. Aussitôt, il jeta ses chaussures sur son lit et remplit sa bouche d'eau. Il resta debout au milieu de la cellule, puis attendit, avec un sourire mutin. Après qu'Aylin ait parlé, il s'approcha de l'ouverture. Il s'appuya sur la pointe de ses pieds et regarda le noble. Avant de lui cracher l'eau qu'il avait gardé. Il rigola à gorgé déployée en s'asseyant sur son lit.


-Bien sûr que je suis bien là où je suis. Peut-être que je n'ai plus de compagnons de cellules, mais il n'empêche que je peux très bien en avoir dans ma tête. Les amis imaginaires qui permettent de survivre quand on est seuls, tu connais ?
_________________
Revenir en haut
Aylin De Luciano
Nobles

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2011
Messages: 69
Localisation: Devant mon pc...
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: OUI
Employé votre fonction: Noble richissime..

MessagePosté le: Lun 16 Avr - 14:00 (2012)    Sujet du message: Quand on cherche, on trouve Répondre en citant

Videur de bourse? Quel belle definition de l'appartenance pensa t il ironiquement.. Au moins, maintenant il avait une petite idee de pourquoi Ikuto refusait de ne serais ce penser à etre avec quelqu'un. 
Il perdit son debut de sourire en recevant de l'eau en plein visage. Le jeune homme commencait serieusement a l'enerver.. Et s'il le laissait croupir ici, au moins il serait debarasse de cette calamite sur pattes. Toujours a lui causer du soucis.. 

 
-Je devrais peut être te laisser ici a duree indeterminee.. 

 
Il avait pense tout haut alors qu'il s'essuyait le visage avec un mouchoir. Il ouvrit la cellule face a celle d'Ikuto, laissant la porte grande ouverte. Aylin prit les couvertures qu'il avait ramene. Il en roula une plus petite pour se faire un oreiller moelleux et disposa les autres afin de rendre le lit plus confortable et douillet malgre l'endroit. Il avait meme reussit a avoir de quoi grignoter un peu dans le sac en papier. Il le posa d'ailleur pres du lit et s'assit sur celui ci. Il s'etira et jeta un coup d'oeil a la cellule d'en face. Il savait que le garcon pouvait le voir par l'ouverture de sa porte et c'est d'ailleurs pour cela qu'il avait laisse sa propre porte grande ouverte. 
Il s'allongea au dessus des couvertures, ne comptant pas se coucher de suite et ferma tout de meme les yeux. Il avait plutot envie de se detendre. Meme si c'etait pas l'endroit ideal, au moins s'etait relativement calme. Comme la nuit etait deja tombee depuis un moment, les autres cobayes etaient deja couches et seul le garde de ronde faisait crisser les grains de sable sous ses rangers pour venir troubler le silence de la nuit. Aylin entendit meme une chouette plus loin et quelques criquets qui chantait l'air doux du soir.  
Il soupira. Quel ennui de se retrouver ici avec meme pas un livre pour s'occuper.. Mais bon, de toute facon c'était pas la faible lumiere des ampoules du couloir central qui lui aurait permis de lire.. 

_________________
Met toi a genoux, et prie pour ne pas succomber a la souffrance et au plaisir que je vais t'infliger.

*********

Ta liberté m'appartient, ta vie est mienne, alors accepte juste ton destin.
Revenir en haut
Ikuto Yukino
Cobayes

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2009
Messages: 57
Féminin
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: NON
Employé votre fonction: Cobaye

MessagePosté le: Sam 21 Avr - 00:13 (2012)    Sujet du message: Quand on cherche, on trouve Répondre en citant

- Fais donc si cela te fait plaisir ! Grand bien te fasse.


Il fronça les sourcils. Certes, il se doutait qu'il avait abusé en faisant cela. Mais, il voulait connaître la limite d'Aylin, pour savoir où frapper pour que ça fasse le plus mal. Et aussi, c'était divertissant. Tant que son cerveau ne cessait pas de lui dire les pires bêtises du monde, il pourrait supporter n'importe quoi. N'empêche, quand il pensait à cela, il craignait le pire. Aylin avait une sale réputation auprès des cobayes, comme de beaucoup d'autres personnes. Il était craint. Peut-être qu'il était habitué à l'être. Et lui, Ikuto Yukino, un simple cobaye, né au fin fond d'une compagne, sans tous ses souvenirs, insolent et plus jeune, moins expérimenté de la vie, (en parti à cause de sa perte de mémoire) il osait marcher, voire piétiner les plates-bandes d'Aylin. Si cela n'avait été commis qu'une seule fois, peut-être aurait-il été pardonné. Que ce soit voulu ou non. Une deuxième fois préméditée, et des provocations incessantes... Ce n'était pas bon du tout. Pour avoir fait cela à Aylin, il craignait le pire. Il craignait vraiment le pire.


Bon sang. Qu'est-ce qui allait bien pouvoir lui arriver maintenant ? Et si Aylin le laissait vraiment tout seul, abandonné et oublié de tous, qu'allait-il devenir ? Jusqu'à présent, il ne restait jamais seul, ou pas très longtemps. De plus, les rares fois où cela arrivait, il se souvenait vaguement d'avoir été assez désagréable envers son entourage et d'être trop énervé et plongé dans ses pensées pour faire attention à la solitude et au silence. Et maintenant qu'il y pensait en prenant du recul, c'était insupportable, comme situation. Il n'aimait pas le silence. D'où la raison qui le poussait à faire du bruit en permanence et à faire tout et n'importe quoi, à toute heure, contre tout le monde. Il haïssait la solitude. Mais ce n'était pas pour autant qu'il en avait peur ou qu'il ne pouvait le supporter. C'était simplement qu'il haïssait la solitude, car il avait l'impression que c'était les fragment d'un rêve qui ressemble à un souvenir lointain. Ce souvenir tellement éloigné semblable aux bribes d'un rêve... lui rappelait cet horrible abandon. Un rejet qui n'aurait jamais dû avoir lieu. Quelque chose d'incongrue. Et...


- J'ai... faim... Non, j'déconne !


Allez savoir pourquoi il venait de dire cela. Mais du moment qu'il ne pensait plus à cette sale impression de pacotille, ça lui convenait. C'est de bonne humeur qu'il se mit à sauter sur son lit. En regardant vers le trou de la porte de sa cellule, il aperçut Aylin allonger sur le lit d'en face. Et ciel, enfer et damnation ! Qu'est-ce qu'il faisait là ? Encore en train de réfléchir à ses prochaines magouilles... Il descendit de son matelas et alla observer son nouveau voisin de cellules. Quel vipère.


-Je peux savoir ce que tu fais ? Pourquoi tu es encore ici, alors qu'il n'y a rien à faire ?


Il le regarda d'un air blasé, puis haussa les épaules et se décida à mettre de l'eau propre dans sa pataugeoire personnelle. Ce qu'il fit et qui lui prit quelques minutes. Après ça, il enlever son haut et son bas, puis les jeta sur son lit. Déjà qu'ils étaient sales, s'ils les mouillait encore, il imaginait le pire. Il eut un frisson en touchant l'eau froide. Mais il se dit que ce n'était pas très grave et se laissa allonger à même le sol. Il s'y habitua rapidement, en se disant que ce n'était pas si mal que ça. Il mit ensuite ses mains derrière sa tête et lança d'un air joyeux :


- On fait un jeu ? Tu me poses une question, puis je te réponds. Après, c'est à mon tour de t'en poser. Ainsi de suite. Mais faut pas se mentir ! Sinon, c'est nul. Je te laisse même commencer si tu veux.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:54 (2017)    Sujet du message: Quand on cherche, on trouve

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    New Eden ! Index du Forum -> Partie Sud -> Batiments de dressage -> Cellules d'isolement Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom