New Eden ! Index du Forum
New Eden !
Un jour vous vous reveille sur une ile sans vous souvenir de votre arrivee.. Ou alors vous etes riche et decidez de vous y rendre.. Forum de RPG yaoi/yuri/hentai
 
New Eden ! Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Ian Lietuva [Finished]

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    New Eden ! Index du Forum -> La premiere etage vers le jeu -> Hors RPG -> Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ivan Lietuva
Cobayes

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2010
Messages: 3
Bélier (21mar-19avr) 鷄 Coq
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: OUI

MessagePosté le: Ven 5 Mar - 22:48 (2010)    Sujet du message: Ian Lietuva [Finished] Répondre en citant


 Music  
   
♂Identité♂
  
 
Nom: Lietuva
Prénom: Ivan
Surnom:   
Âge: 19  
Orientation sexuelle: ♂♥♂  
Profession:  Cobaye [c'est une profession ça?! ]
  
   

   
♂ Portrait physique de votre personnage ♂       
Ivan n'est pas spécialement grand, environ 1m80. Dans la norme quoi. Mais il est en sous-poids (49 kilos). Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ça ne se traduit pas par une maigreur excessive. Il est juste, disons, très très mince. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir un corps tout à fait acceptables. Malgré ses (nombreux) kilos en moins, son torse est joliment dessinés, ses côtes saillantes sans excès, comme ses hanches. Ses abdominaux sont bien dessinés, en raccord avec le reste de son corps. Sans pour autant tomber dans l'androgénie, il a une silhouette fine, un peu féline dans ses mouvements.  Après, le reste, c'est à découvrir, n'est-ce pas? Ivan est albinos ; ses cheveux sont d'un blanc parfait, ses yeux rouges vifs. C'est assez déstabilisant au début, mais ça fait vite son charme. On va dire que ça le démarque tout de suite du reste de la masse. Pour rester sur son visage, ses traits sont fins, lui donnant un air un peu fragile. Ses yeux sont assez changeants ; lorsqu'il fait son asocial, ils sont rouge sang, durs, vifs, bref, un regard assez difficile à soutenir. Mais dès qu'un sourire éclaire son visage, ils s'adoucissent. Côté style vestimentaire, il s'habille un peu comme il veut. Parfois en parfait petit punk avec un t-shirt tellement délavé que les motifs en sont méconnaissables, et un jean, hmm, "de vacances", troué à peu près partout ; le lendemain, il arborera une casquette d'officier et une veste militaire authentique qui lui sierra à ravir. C'est pas qu'il veuille jouer le "moi je suis pas un mouton j'appartiens à aucun courant" etc, etc. Juste qu'il aime s'habiller à l'arrache et que ça rende bien, quoi. Il est tatoué au creux des reins, une croix teutonique, un souvenir, si je puis dire. Et percé à la nuque. Deux petites boules noires saillant de son cou pâle, sous quelques mèches blanches, autant vous dire que ça flashe. Le vaccin n'a pas eu d'effet "féminisant" sur lui, et il en est heureux. Il a quelques fines cicatrices, dans le dos, souvenirs de griffures. Ainsi qu'une croix teutonique authentique qui ne quitte jamais son cou.

   
♂ Portrait psychologique de votre personnage ♂       
Autant le dire maintenant : Ivan n'aime pas les gens. Au point de faire exprès de parler en russe (il est d'ailleurs de nationalité russe), tout le temps, dès qu'on l'aborde, histoire d'être tranquille. Et puis, ça l'amuse qu'on ne comprenne rien à ce qu'il dise. On s'éclate comme on peut, non? A vrai dire, notre albinos méprise la race humaine jusqu'à la moelle. Un peu nihiliste sur les bords... Surtout, c'est le fait d'être albinos et surdoué qui l'a mis à l'écart depuis son enfance. Il a appris à aimer la solitude et à dédaigner le reste du monde. Ce n'est ni de l'arrogance, ni de l'égoïsme, oh non, physiquement il n'a jamais supporté ses yeux et ses cheveux. Juste du mépris pas vraiment fondé. De même, ce blindage forcé de sa petite personne a eut des effets pervers. La moindre attaque le prend aux tripes, le liquéfie et lui fait du mal. Sensibilité exacerbée, autre effet secondaire de ses facultés mentales. Il est donc facile de le briser, de l'atteindre derrière son apparence dédaigneuse. Ivan a une grande gueule, soit dit en passant, et ça, c'est pas pour rajouter une couche à son apparence misanthrope : il dit vraiment tout ce qui lui passe par la tête. Ce manque de délicatesse ne saurait être expliqué que par son malaise face aux relations sociales. C'est dans sa nature de mettre les pieds dans le plat avec un petit sourire, sans vraiment saisir tout le poids de ses paroles. Mais il n'est jamais méchant ou blessant volontairement, dans ces cas-là. Oh, comme tout le monde, il a des crises de nerfs, et il est d'un tempérament sanguin, Ivan. Lorsqu'il commence à s'échauffer, son cerveau réfléchit à plein régime. Apparaît alors un de ses tics ; dès qu'il réfléchit, il se mord la lèvre. En cas de conflit, on prend ça pour de la peur, ou alors on croit qu'il s'apprête à pleurer. C'est totalement faux, il prépare juste une réplique cinglante. Et si sa lèvre se met à saigner, c'est mal parti pour vous. La meilleure défense, c'est l'attaque, n'est-ce pas? En tout cas, il y croit. Bref. Ivan a d'autres petits tics ; il est maniaque, et quand quelque chose l'agace, il ne peut s'empêcher de rectifier (remettre un tableau droit, replacer une mèche de cheveux qui s'en va de travers, mettre tous ses stylos dans le même sens...). C'est son côté autiste... Dès qu'il est surpris, il cille. S'il se bien, il détend tous ses muscles, se laisse couler par terre ou sur un meuble et pour peur qu'il soit seul, il lui arrive de ronronner. Ivan balbutie dès qu'il est gêné, et le rouge empourpre très rapidement ses joues, c'est à voir. En général, pour reprendre contenance, il se met à murmurer des grossièretés en russe, le genre de choses à ne jamais, diable non, placer dans une conversation civilisée. Il parle peu, très peu à vrai dire. Ça le met mal à l'aise. Il a l'impression qu'ouvrir la bouche, c'est s'ouvrir tout cours, et il refuse de se donner à qui que ce soit (façon de parler). Au lit? Il n'est ni seme, ni uke, tout dépend de son partenaire et de ses envies. Par contre, il a horreur qu'on chercher à le mater, à l'apprivoiser, et quiconque essaiera de le soumettre de force se fera sérieusement mordre. Quand on excite sa curiosité, il essaiera tant bien que mal de le cacher, mais fera tout pour découvrir le pourquoi du comment de ce qui l'intéresse.

   
  ♂ Son histoire ♂
Il n'y a pas grand-chose à raconter sur son enfance, à vrai dire... Certes, il a toujours été un peu au-dessus de la moyenne, intellectuellement parlant, et son anomalie physique l'a toujours tenu à l'écart des autres enfants, même s'il est dur de dire s'il s'est éloigné lui-même par auto-défense ou s'il 'est fait rejeté... Sûrement un peu des deux. C'est cruel, les gosses. Pas vraiment dans la nuance, en développement et changement constant. Difficile de parler de pureté ou quoi que ce soit du genre ; les enfants peuvent être plus brutaux que les adultes. Mais bon, là n'est pas la question. Tout ça pour dire qu'Ivan n'a jamais été doué pour le relationnel, et que c'est cette solitude choisie et acceptée qui l'a doucement fait tomber dans le cynisme et l'amertume (en gros, son côté "j'aime pas les gens"). Il a été vacciné, comme tout le monde... Il vient d'une famille russe classique, bien que son père soit très haut dans la hiérarchie politique du pays, fils unique, ses parents acceptant sans vraiment de difficulté les étrangetés de leur fils. C'étaient néanmoins des gens conservateurs qui, au fur à mesure qu'il grandissait, voyaient d'un mauvais œil ses changements d'attitude. Il n'a jamais été irrespectueux envers eux ou quoi que ce soit du genre, pour sûr, il a été très bien élevé et n'est pas passé par la crise de jeune rebelle malmené par des géniteurs machiavéliques. Mais cette froideur, ce détachement et cet air sans cesse sur son visage, son sourire toujours pincé ou lourd de sous-entendus les laissaient perplexes. A vrai dire, Ivan ne s'épanouissait pas. Ou plutôt, pas comme il le désirait. Il s'était terriblement passionné pour les langues vivantes et avait, en autodidacte, appris l'anglais, le français, le japonais, l'espagnol, l'allemand et le lituanien (aucun commentaire concernant cette dernière ; effectivement, parler lituanien ne sert strictement à rien, mais il la trouvait jolie, et n'avait que ça à faire...). Car oui, si Ivan avait un Q.I. supérieur à la moyenne, il ne l'affichait que dans les matières littéraires. Et cela désespérait un peu ses parents. Un gamin surdoué qui se prend 2/20 en maths alors qu'il parle parfaitement des langues dont il n'aura jamais à se servir... Mais encore une fois, je m'égare. Comme je le disais, Ivan ne s'épanouissait pas. Il ressentait, profondément dans sa chair, plus que dans son cœur ou son âme, une sorte de vide qu'il ne parvenait ni à identifier ni à apaiser. Ce n'était pas important au point de s'en préoccuper sérieusement, mais ça se faisait sortir, lorsqu'allongé dans l'herbe un casque sur les oreilles, il vidait totalement son esprit, imbibé par la musique qui lui vrillait les tympans. Un peu comme si au creux de son ventre, une petite bête griffue labourait les parois de son estomac, sifflant à travers chaque goutte de son sang une litanie stridente qui ne trouvait pas son écho. Désagréable au possible, oui, mais comme dit précédemment, loin d'être indispensable. Aussi Ivan ne cherchait-il pas à remplir ce vide. Il avait certes une curiosité féline envers tout ce qui l'intriguait, sauf lui. Depuis son enfance, sa propre identité ne l'a jamais intéressée, chose qu'il a compris en étudiant le nihilisme en philo... Ce vide s'est apaisé de lui-même en un regard. Il allait sur ses 16 ans. Comme bon nombre d'adolescents qui se cherchent plus ou moins consciemment, le coup de foudre lui était tombé sur le coin de la figure, avec son lot de questions, de douleurs et de haine, aussi, un peu. Je ne sais pas s'il est vraiment utile d'entrer dans les détails de cette histoire d'amour banale. Un regard, des joues qui rougissent, Ivan qui se bouffe la haine pour cet élan de philanthropie envers un inconnu. Seulement, c'est à cause de cette stupide (?) histoire de midinette qu'il a débarqué ici. Ça, et le poste clé de son père au gouvernement, bien au courant des dessous du vaccin miraculeux. Bref. Avec Raivis, l'idiot qui faisait agir l'albinos comme une gamine amoureuse de 13 ans, sous ses éternels yeux rouges pourtant si froids et son sourire en coin, on peut dire que "tout allait bien". Oui bon, il s'était imposé dans sa vie, ce mec. A l'aborder dans une bibliothèque des bouquins de russe à la main, ayant entendu Ivan s'énerver dans cette langue contre une nana qui l'avait bousculé dans le but de se faire remarquer. Tout était de la faute de Raivis, tout. C'était lui qui malgré le silence et les regards dignes du grand méchant pas beau dans Jambes Bond de son interlocuteur, avait persévéré. Il l'avait même raccompagné. Raccompagné. Franchement, Ivan ressemblait-il à une fille à papa à couettes des 50s, que son amoureux ramène à la maison dans une belle rover tandis que papa guette les bisous qui vont trop loin derrière la fenêtre?! Certainement pas. Et pourtant le russe, crétin fini, l'avait laissé faire, piqué au vif dans sa curiosité par tant de sollicitation, par cette insistance touchante et maladroite. En fait, ils avaient tous les deux été des crétins (mais Raivis un peu plus quand même). L'albinos s'était aussi laissé faire lorsque le lendemain, après avoir croisé malencontreusement son "ami" à la bibliothèque (non, il ne l'avait pas attendu. Un bête et stupide concours de circonstances...). Idem pour ses balbutiements et ses joues presque aussi brûlantes que ses yeux quand l'autre avait laissé s'échapper un sourire ravi de le revoir ici. Il était fatigué, il avait faim, ce n'était qu'un malaise passager. Bon, il lui fut beaucoup plus dur de se leurrer lorsque que quelques jours après, il s'était retrouvé les poignets contre un mur à se faire dévorer la lèvre inférieure. Les pulsations de son sang dans tout son corps, le rendant sourd, l'acuité extrême avec laquelle il sentait chacun des gestes de Raivis contre lui, la liquéfaction de son cœur lorsque, fugace mais vive, l'idée qu'il échangeait son premier baiser, c'était vraiment, vraiment dur à détourner. Et dans son ventre, ce nœud, tout à fait nouveau. La bestiole qui lui dévorait les entrailles, laissant son âme à nue dans les abysses du vide, s'était roulée en boule, lovée, ronronnant de satisfaction. Ivan se sentait complet, plein, entier. Une liaison s'ensuivit, bien sûr. Raivis, à demi allemand, avait aussitôt glissé à son cou le pendentif qui désormais ne le quittera plus jamais, cette croix teutonique, lourde et froide. Sa jumelle se devinait sous les vêtements de Raivis, et à l'idée de ce lien concret entre eux, Ivan eut la sensation bien nette de cuire, tant son visage s'empourprait, sous le rire léger de son... Son quoi? Difficile de le formuler avec des mots. De toute façon, ce n'est qu'un détail. Le soir des ses 16 ans, quelques semaines après, il avait dit au revoir à sa virginité, sans joie ni peur ni regret. C'était Raivis, alors c'était bon. Tout ce qui avait trait à Raivis était idyllique. Leur relation était à part, et cela contribuait à faire grandir leurs liens. Ivan n'avait pas à parler, ni à se livrer. Oh, bien sûr qu'ils discutaient, riaient, débattaient ou échangeaient des mots tendres sur l'oreiller. Mais Ivan n'avait pas à parler. Son amant acceptait ce trait si profondément enraciné en lui ; il n'aimait pas parler beaucoup. Raivis était un peu son opposé, son antipode. Il parlait, faisait l'idiot, extraverti au possible. C'était lui qu'on remarquait, par son enthousiasme si communicatif. Ivan restait toujours en retrait, un sourire aux lèvres, dans un silence religieux. C'est ce contraste qui rendait leur relation si forte. C'est assez difficile de l'exprimer avec des mots. Vous savez, comme lorsqu'en saisissant la main de son amant(e) après une nuit d'amour, on a presque envie de mourir, tellement l'instant est parfait, tellement l'amour circule via les doigts qui s'enserrent comme si c'était la première&la dernière fois. Pour leurs deux ans de vie de couple, Ivan s'est fait tatoué sa croix teutonique au creux des reins. Certes, ce n'est pas un cadeau en soi, mais pour l'albinos, c'était la marque indélébile de son propriétaire, son maître, son dieu. Il se trouva que s'il a débarqué ici, à New Eden, c'est la faute de ce tatouage. Ses parents n'avaient rien remarqué de sa nouvelle vie sentimentale ni de son épanouissement car, en dehors des bras de Raivis, il restait froid et borné. Mais son tatouage lui se fit repérer, à l'anniversaire de ses 19 ans. Depuis quelques temps, Raivis lui laissait entendre qu'il en avait vraiment marre, d'être tenu à l'écart d'Ivan... Certes ses parents étaient totalement homophobes, mais qui saurait pour eux deux? Déjà à ce jour, personne, absolument personne n'était au courant. L'albinos avait cédé non sans mal, s'inclinant devant la moue boudeuse craquante au possible de son amant. Après tout, juste pour la nuit de son anniversaire. Ses parents seraient ravis de voir qu'il avait un ami.  Et ils s'étaient faits prendre totalement par hasard. Une idiotie qui donne, encore aujourd'hui, l'envie de se pendre au russe. Depuis quelques temps, le père d'Ivan avait remarqué que son fils se trimballait sans cesse en guise de veste, une chemise trop grande pour lui. Et le soir, il avait aperçu au doigt de Raivis une chevalière au sujet de laquelle ils avaient cordialement discuté. Le matin, à table pour le petit déjeuner, la chemise collait à l'ami de son fils comme une seconde peau, et dans le col d'Ivan, un autre pendentif pendait sur sa chaîne en argent ; une chevalière. Ils s'échangeaient des affaires. La chemise ne portait plus l'odeur de Raivis, aussi l'albinos lui avait-il rendu, demandant un autre objet de son amant en contrepartie. Cette foutue chevalière. Le père s'était levé raide comme un piquet, impassible. Son fils avait cillé de surprise, son petit tic habituel. Il partait déjà...? Et le soir, en rentrant chez lui, les lèvres encore chaudes de celle de son amant, des griffures toutes fraîches ombrant son dos pâle, il avait compris, dès que son père avait ouvert la tête pour le laisser entrer. "Une honte." Et puis, le trou noir. Insupportable pour un haut dirigeant politique de porter la disgrâce d'un fils anormal, pourri par le vice, sodomite impur. Et quoi de plus facile que de l'envoyer ici, à New Eden, pour un politicien comme lui? Cela lui apprendrait à jeter le déshonneur sur sa famille.
  
  
   

    
♂ Divers ♂
  
Désolée pour la référence à Alien dans l'histoire. J'suis un peu trop fan.
  

♂ Code ♂
[Code Bon]

  
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 5 Mar - 22:48 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ivan Lietuva
Cobayes

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2010
Messages: 3
Bélier (21mar-19avr) 鷄 Coq
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: OUI

MessagePosté le: Dim 7 Mar - 14:35 (2010)    Sujet du message: Ian Lietuva [Finished] Répondre en citant

Terminé =)
Revenir en haut
Julian x
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2009
Messages: 35
Balance (23sep-22oct) 狗 Chien
Savez-vous que ce forum est Yaoi/Yuri/Hentai?: OUI
Avez-vous plus de 16 ans?: OUI

MessagePosté le: Mar 9 Mar - 02:24 (2010)    Sujet du message: Ian Lietuva [Finished] Répondre en citant

Bonjour,

Je suis ravi de te dire que ta fiche est validée, tu peux enfin te présenter à l'accueil pour recevoir ton numéro de tente. Bon jeu et bonne continuation

les admins de New Eden
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:59 (2017)    Sujet du message: Ian Lietuva [Finished]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    New Eden ! Index du Forum -> La premiere etage vers le jeu -> Hors RPG -> Archives Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom